Bandeau inférieur

Le Bassin Versant du Gard Rhodanien/Milieu naturel/Milieu rivulaire

Milieu rivulaire

Parmi les ensembles remarquables la lône de Roquemaure est représentative des cortèges floristiques des milieux annexes du Rhône.

Ainsi, elle présente une strate arborescente abondante et dense dont la base est constituée par 5 espèces dominantes : Aulne, Peuplier blanc, Peuplier noir, Acacia et le Frêne au pied desquels poussent des phanérogammes. Seul l’aval de la lône comprend une végétation arborescente assez clairsemée avec des rives couvertes au premier plan de massifs de Cannes de Provence.
La strate herbacée relativement riche, est composée des plantes à fleurs telles que la mauve sylvestre, l’onagre, la saponaire, les Clématites, l’aubépine, le fragon, les ronces, des Ombilifères, des graminées diverses.
La végétation aquatique est composée d’un cortège relativement de plantes hélophytes (Rubaniers ou ruban d’eau, Cannes de Provence, Iris d’eau, Faux Acore, Jonc aggloméré et diffus) et plantes hydrophytes (Moréne, Lenticule à nombreuses racines, Cornifle, Myriophylle, Naïdes, Nymphe des ruisseaux).

Sur les autres cours d’eau ou roubines, le Saule Blanc, le cornouiller sanguin, la ronce frustescente, le Peuplier noir, l’Orme Champêtre, le Lierre, l’Aubépine monogyne et la présence d’alignements de Cyprès de Provence, constituent les principales espèces de la strate arbustive ou arborescente.

En dehors de quelques tronçons de roubines et des espaces annexes (lône de Roquemaure, Contre-Canal du Rhône, mais aussi retenue du Planas) la végétation se limite le plus souvent à un cordon de faible largeur qui peut, sur les zones les plus denses, prendre la forme d’un taillis buissonnant.
On rappellera cependant que dans un contexte dominé par la vigne et présentant une faible diversité de l’habitat, le cordon rivulaire joue un rôle important de refuge pour les reptiles, batraciens, insectes et d’accueil transitoire pour les petits mammifères et oiseaux en quête de nourriture. En termes de paysage, ces « haies » constituent des éléments structurants et présentent des fonctions assimilables aux bocages.

Selon le SDAH, sur l’ensemble du réseau hydrographique 
Seulement 9 % présente une ripisylve bien structurée, et équilibrée (en largeur, densité et diversité en strates et espèces). Les ripisylves de meilleure qualité, concernent les secteurs relativement préservés de toute pression humaine, soit les têtes de bassins et beaucoup plus rarement, des tronçons médians, mais aussi des secteurs constamment en eau (nappe affleurante, souvent à proximité du Rhône).
27,5 % présente une ripisylve partiellement déséquilibrée et vieillissante.
63,5 % présente une végétation fortement dégradée (cordon étroit très discontinu, souvent monospécifique) ou la plupart du temps absente